Produits cosmétiques et de soins personnels

Shampoing, savon, parfum, crèmes, maquillage, vernis à ongles et mousse à raser : la salle de bain moyenne en est remplie. Ces produits de soin ne sont pas si nocifs pour l’environnement, à quelques exceptions près. Mais n’utilisez pas d’aérosols avec des propulseurs et des produits contenant des solvants.

Les propulseurs des aérosols sont nocifs car ils contribuent à la formation du smog. Cela s’applique également aux produits qui contiennent beaucoup de solvants, comme le vernis à ongles, le parfum et l’après-rasage.

Conseils pour les produits de soins

  1. N’achetez pas d’aérosols mais choisissez des alternatives sans propulseurs. Par exemple, un pulvérisateur mécanique ou un désorollisateur.
  1. N’utilisez pas plus de produits cosmétiques que nécessaire. Si vous en utilisez trop, vous gaspillez également l’énergie et les matières premières nécessaires à leur fabrication.
  1. Soyez économique avec les produits qui contiennent beaucoup de solvants : vernis à ongles, dissolvant de vernis à ongles, parfum et après-rasage.
  1. Pour en savoir plus sur les poinçons et autres logos sur les cosmétiques, shampoings, crèmes et autres, consultez le guide des poinçons.

Produits pour les soins personnels et l’environnement

On trouve des propulseurs et des solvants dans divers produits de soins personnels. Ce sont des composés organiques volatils (COV) qui sont coresponsables de la formation du smog : de l’air pollué qui peut se déposer au-dessus de la ville et de la campagne comme un brouillard. Le smog peut entraîner des troubles respiratoires. 6,5 % des émissions totales de COV aux Pays-Bas proviennent des produits de soins.

La plupart des gaz propulseurs et des solvants nocifs sont libérés par les déodorants et les laques pour cheveux conditionnés dans des bombes aérosols. Les déodorants les moins nocifs sont les rouleaux, les vaporisateurs mécaniques et les bâtons : ils ne contiennent pas de gaz propulseur. Pour la laque, il existe également une alternative plus écologique : un flacon avec atomisation mécanique.

L’après-rasage, les parfums et les dissolvants de vernis à ongles contiennent de nombreux solvants. Mais comme les consommateurs utilisent relativement peu de ces solvants, leur part dans les émissions totales de COV est limitée. Il n’existe pas d’autres solutions plus respectueuses de l’environnement ; le meilleur moyen de soulager l’environnement est de limiter l’utilisation de ces produits.

Huile de palme et déforestation

Le savon, les crèmes, le rouge à lèvres et de nombreux autres produits de soin contiennent de la graisse de palme (la graisse du palmier à huile). Il faut beaucoup de terres agricoles supplémentaires pour la culture de l’huile de palme. Les forêts sont souvent abattues à cette fin, surtout en Asie du Sud-Est. On estime que 20 % de la production d’huile de palme est utilisée pour les produits de soins. Diverses entreprises de cosmétiques se concentrent sur le “bon usage” de l’huile de palme. Le Fonds mondial pour la nature a publié un tableau de bord sur ce sujet.

La pollution de l’eau causée par les soins personnels

Presque tous les produits de soin, tels que les produits pour le bain et la douche, le dentifrice et le shampoing, sont rejetés dans l’environnement par les eaux usées après utilisation. Bien que beaucoup de gens pensent que cela conduit à des problèmes environnementaux, ce n’est guère le cas. Les installations de traitement des eaux éliminent la grande majorité des substances des eaux usées, de sorte qu’elles ne pénètrent pas ou peu dans les eaux de surface.

Cependant, on ne sait pas si, et dans quelle mesure, certaines substances peu biodégradables provenant de produits de soins se retrouvent dans les eaux de surface. Les substances toxiques peuvent alors avoir des effets sur l’environnement aquatique. Par conséquent, par précaution, n’utilisez pas plus de produits de soins que nécessaire.

Les microplastiques dans les crèmes, les gommages, le dentifrice et le rouge à lèvres

Une forme particulière de pollution de l’eau causée par les produits de soin est ce qu’on appelle les microplastiques : de très petites particules que l’on trouve dans les gommages, les crèmes pour le visage, le dentifrice et le rouge à lèvres. Ils peuvent contribuer à la soupe plastique dans les océans, où ils sont nocifs pour les poissons et les autres animaux marins (voir aussi le plastique dans la mer). Si un produit contient des microplastiques, vous pouvez le voir sur l’étiquette : les ingrédients porteront la mention “polyéthylène” par exemple.

Les écolabels suivants garantissent qu’il n’y a pas de plastique dans votre crème, votre gel douche ou votre dentifrice : Ecocert Organic & Natural, Ecolabel européen, NaTrue (1, 2 et 3 étoiles), Cosmebio Bio & Eco et BDIH. Vous pouvez les trouver dans le guide des marques de qualité. Si vous voulez être sûr des produits sans le label écologique, jetez un coup d’œil au site web ou à l’application de Beat the Microbead. Vous trouverez ici des listes rouge, orange et verte de produits avec et sans microplastiques. En tout état de cause, les produits figurant sur la liste verte ne contiennent pas de microplastiques. Pour les produits figurant sur la liste rouge et orange, il n’est pas certain à 100 % qu’ils contiennent des microplastiques (les avis divergent à ce sujet), mais cela pourrait être le cas.

Crème solaire

Certains produits de protection solaire contiennent une substance nocive pour la vie aquatique. Le filtre UV oxybenzone est connu pour contribuer à la décoloration du corail et pour mettre en danger le récif corallien. La substance nocive ne pénètre pas seulement dans l’eau lorsque vous allez nager, mais aussi par le tuyau d’évacuation de la douche. Les recherches n’ont pas encore montré l’ampleur du problème dans les lacs et rivières néerlandais. N’utilisez pas de crème solaire contenant de l’oxybenzone (ou le synonyme benzophénone-3) (voir la liste des ingrédients sur l’étiquette). Et mettez un t-shirt résistant aux UV pour ne pas avoir à frotter autant de peau.

Légume ou naturel : pas toujours meilleur pour l’environnement

Certaines marques de cosmétiques se présentent comme “naturelles” ou “végétales”. Leurs produits contiennent alors (entre autres) des ingrédients végétaux. L’avantage des plantes en tant que matière première est qu’elles sont renouvelables et ne s’épuisent donc pas, contrairement au pétrole en tant que matière première : qui finit par s’épuiser.

La rareté des terres agricoles

Le revers de la médaille est que les terres agricoles sont nécessaires à la culture des matières premières végétales. Les bonnes terres arables sont rares : l’expansion signifie souvent que la forêt (tropicale) doit disparaître pour elle. En outre, on ignore souvent si la culture et la transformation d’une matière première végétale sont respectueuses de l’environnement.

Poinçons

Certains labels garantissent une origine écologique des produits végétaux. Voir les étiquettes des produits cosmétiques.

Élimination des produits de soins personnels

Les résidus de produits de soins ne doivent pas être éliminés dans les petits déchets chimiques (PCD). Le vernis à ongles, le dissolvant de vernis à ongles et les bombes aérosol (vides) ne sont pas non plus nécessaires.

Les emballages plastiques vides de shampoing, de déodorant et de dentifrice ne peuvent être jetés avec les déchets d’emballages plastiques, ni avec des produits chimiques tels que le vernis à ongles (dissolvant). Ils doivent être éliminés avec les déchets résiduels. Si vous avez des bouteilles en plastique contenant (des restes de) lotion corporelle, de crème solaire ou d’autres produits gras, ne les jetez pas à l’égout : la graisse peut provoquer des blocages. Jetez ce résidu avec la bouteille et le tout avec les déchets résiduels.

La crème solaire toujours bonne après l’année

D’ailleurs, il n’est pas nécessaire de jeter la crème solaire de la saison dernière (sauf si elle ne sent plus bon ou ne se mélange pas après avoir été secouée) : les recherches montrent qu’après un an, elle offre toujours la même protection contre le soleil.

Interdiction de l’expérimentation animale pour les cosmétiques

L’expérimentation animale pour le développement de produits cosmétiques est interdite aux Pays-Bas depuis 1995 et dans toute l’Europe depuis 2004. À partir de 2013, il y aura également une interdiction commerciale des (ingrédients des) cosmétiques pour lesquels des tests sur les animaux ont été récemment effectués – même si cela a été fait ailleurs dans le monde. Cela mettra fin à la quasi-totalité des expérimentations animales pour les cosmétiques.

Cela ne signifie pas que les cosmétiques sont par définition 100% sans animaux. De nombreux ingrédients utilisés ont déjà été testés sur des animaux.

Les nanotechnologies dans les produits de soins

Ces dernières années, les nanoparticules ont été de plus en plus utilisées dans les produits de soins personnels : de très petites particules (1 nanomètre = 1 millionième de millimètre). Les nanoparticules ont des propriétés différentes de celles des particules plus grosses, ce qui permet de fabriquer des matériaux aux propriétés nouvelles. Les nanotechnologies sont utilisées, entre autres, dans les écrans solaires et les déodorants.

On sait peu de choses sur les risques possibles pour l’homme et l’environnement. La recherche dans ce domaine n’en est qu’à ses débuts, mais elle se met rapidement en place (RIVM).

Règles

Le règlement européen sur les cosmétiques est entré en vigueur en 2013. La sécurité et l’étiquetage sont importants : l’étiquette doit indiquer, entre autres, si le produit contient des nanoparticules. Afin de pouvoir appliquer l’ordonnance sur les cosmétiques aux Pays-Bas, il existe le décret sur la loi sur les produits cosmétiques (produits de base) à partir de 2011.

Pour plus d’informations sur les ingrédients des cosmétiques et des cosmétiques naturels : clean-sponge.fr